HAÏTI FOOT – Sélection : Benji Michel bloqué par la Fédération américaine ?* 🇭🇹🇭🇹🇭🇹🇭🇹🇭🇹

Le sélectionneur de l’équipe haïtienne, Marc Collat a dévoilé le groupe de joueurs convoqués pour affronter Cuba le 24 mars à l’occasion de la dernière journée de la Ligue des Nations lundi. Une liste qui a du nouveau puisque, Benji Michel, jeune attaquant Americain d’origine haïtien joue à l’Orlando City, a été sélectionné. Toutefois, il semblerait que sa participation dans ce match soit compromise.

Né en Floride de parents haïtiens, Benji Michel a été convoqué pour la première fois avec la sélection pour le match face à Cuba, quelques semaines après avoir signé avec l’équipe professionnelle d’Orlando City et ce, pour pallier aux absences de deux de nos Grenadiers: Donald Guerrier et Derrick Etienne.

En effet, selon nos informations, le joueur de 21 ans aurait été bloqué par la fédération américaine de football (US Soccer) afin de ne pas porter les couleurs de l’équipe nationale aussitôt. Donc, si cette information est totalement confirmée, Marc Collat devra faire sans Benji et cherchera peut-être un autre alternative pour ce match qui arrive dans moins de deux semaines.

Dossier à suivre

NBA : Les Lakers peuvent remercier James, Denver s’accroche, San Antonio enchaîne

Partis pour quitter Chicago sur une nouvelle désillusion, mardi soir, les Lakers, menés de 20 points au début du deuxième quart-temps, ont finalement renversé les Bulls grâce en grande partie à LeBron James (36 points, 10 rebonds). Denver reste à une victoire du leader à l’Ouest Golden State après son large succès face à Minnesota (133-107). San Antonio a, de son côté, aligné une sixième victoire consécutive en l’emportant à Dallas (112-105). A l’Est, Milwaukee a encore fait forte impression, sur le parquet des Pelicans (130-113).

La 37eme défaite de ces Lakers déjà sérieusement décramponnés au classement est passée tout près. Menée de 18 points après douze minutes de jeu sur le parquet de Chicago, puis de vingt longueurs un peu plus tard, alors que venait de débuter le deuxième quart-temps, la franchise de Los Angeles a finalement réussie à l’emporter. Un succès aussi renversant que miraculeux qui doit tout ou presque une fois de plus à l’immense talent du non moins énorme LeBron James. Le « King », qui n’avait plus marqué autant de points (36) depuis le 18 décembre dernier, a pris les choses en main lorsqu’il en était encore temps, et joué les sauveurs jusqu’au bout, inscrivant notamment neuf points de suite au cours d’un troisième quart-temps entièrement à l’avantage des siens (43-24). Tout le mérite n’en revient toutefois pas à l’ancien patron des Cavs, auteur également lors de cette partie de 10 rebonds, 4 passes et 2 interceptions. Avec 24 points en sortie de banc pour le premier et 21 points pour le second, Kentavious Caldwell-Pope et Kyle Kuzma ont eux aussi fait très mal aux Bulls de Timothée Luwawu-Cabarrot (12 minutes, aucun point). Ancien joueur de la maison, Rajon Rondo (14 points, 10 passes) a lui aussi ajouté sa griffe à ce succès inespéré qui permet aux Lakers, relégués à six victoires de Utah, de pouvoir continuer d’y croire pour les play-offs. Au moins mathématiquement, car pour le reste…

Denver ne lâche pas Golden State, San Antonio enchaîne

Plus haut dans le classement, Denver n’a pas ce problème. Solides dauphins de Golden State, les Nuggets ne sont guidés que par un seul objectif : terminer la saison régulière devant Golden State. Après le couac de Stephen Curry et sa bande chez le dernier Phoenix dimanche, le coup est redevenu largement jouable pour la franchise du Colorado. D’autant que le deuxième à l’Ouest n’accuse plus qu’une victoire de retard sur les doubles champions en titre et leader de la Conférence depuis son carton de mardi soir devant son public face à Minnesota (133-107). Avec 34 points et 10 rebonds dans ce match, l’inévitable Karl Anthony Towns a bien tenté de résister à la cuisson des Nuggets, mais c’était sans compter sur l’appétit de Jamal Murray (30 points). Malheureusement pour les Wolves, Paul Millsap (23 points) et l’autre homme fort de l’équipe Nikola Jokic (18 points, 8 rebonds, 7 passes) sont venus s’ajouter à cette recette fatale au dixième du classement. En recevant une équipe de San Antonio que plus rien n’arrête, Dallas ne se faisait pas beaucoup plus d’illusions que les Wolves. Les Mavericks ont pourtant bien résisté grâce un Jalen Brunson en feu au meilleur moment (34 points) pour faire oublier le passage à vide de Luka Doncic (12 points seulement et 9 ballons perdus). Mais il en fallait davantage pour briser l’élan de ces Spurs venus aligner chez leurs voisins dans le derby du Texas une sixième victoire consécutive (112-105).Leurs deux leaders DeMar DeRozan (33 points) et LaMarcus Aldridge (28) en ont encore été les grands artisans. Si la lutte fait rage à l’Ouest, à l’Est, Milwaukee continue de damer le pion à tous ses concurrents. Les Bucks ont encore affiché leur supériorité mardi en passant 130 points dans la Nouvelle-Orléans aux Pelicans (130-113), dont 45 dans le seul troisième quart-temps, explosif (45-41). Giannis Antetokounmpo (24 points) et son fidèle compère Khris Middleton (23) n’y ont évidemment pas été étrangers.

NBA : Les Lakers peuvent remercier James, Denver s’accroche, San Antonio enchaîne

Partis pour quitter Chicago sur une nouvelle désillusion, mardi soir, les Lakers, menés de 20 points au début du deuxième quart-temps, ont finalement renversé les Bulls grâce en grande partie à LeBron James (36 points, 10 rebonds). Denver reste à une victoire du leader à l’Ouest Golden State après son large succès face à Minnesota (133-107). San Antonio a, de son côté, aligné une sixième victoire consécutive en l’emportant à Dallas (112-105). A l’Est, Milwaukee a encore fait forte impression, sur le parquet des Pelicans (130-113).

La 37eme défaite de ces Lakers déjà sérieusement décramponnés au classement est passée tout près. Menée de 18 points après douze minutes de jeu sur le parquet de Chicago, puis de vingt longueurs un peu plus tard, alors que venait de débuter le deuxième quart-temps, la franchise de Los Angeles a finalement réussie à l’emporter. Un succès aussi renversant que miraculeux qui doit tout ou presque une fois de plus à l’immense talent du non moins énorme LeBron James. Le « King », qui n’avait plus marqué autant de points (36) depuis le 18 décembre dernier, a pris les choses en main lorsqu’il en était encore temps, et joué les sauveurs jusqu’au bout, inscrivant notamment neuf points de suite au cours d’un troisième quart-temps entièrement à l’avantage des siens (43-24). Tout le mérite n’en revient toutefois pas à l’ancien patron des Cavs, auteur également lors de cette partie de 10 rebonds, 4 passes et 2 interceptions. Avec 24 points en sortie de banc pour le premier et 21 points pour le second, Kentavious Caldwell-Pope et Kyle Kuzma ont eux aussi fait très mal aux Bulls de Timothée Luwawu-Cabarrot (12 minutes, aucun point). Ancien joueur de la maison, Rajon Rondo (14 points, 10 passes) a lui aussi ajouté sa griffe à ce succès inespéré qui permet aux Lakers, relégués à six victoires de Utah, de pouvoir continuer d’y croire pour les play-offs. Au moins mathématiquement, car pour le reste…

Denver ne lâche pas Golden State, San Antonio enchaîne

Plus haut dans le classement, Denver n’a pas ce problème. Solides dauphins de Golden State, les Nuggets ne sont guidés que par un seul objectif : terminer la saison régulière devant Golden State. Après le couac de Stephen Curry et sa bande chez le dernier Phoenix dimanche, le coup est redevenu largement jouable pour la franchise du Colorado. D’autant que le deuxième à l’Ouest n’accuse plus qu’une victoire de retard sur les doubles champions en titre et leader de la Conférence depuis son carton de mardi soir devant son public face à Minnesota (133-107). Avec 34 points et 10 rebonds dans ce match, l’inévitable Karl Anthony Towns a bien tenté de résister à la cuisson des Nuggets, mais c’était sans compter sur l’appétit de Jamal Murray (30 points). Malheureusement pour les Wolves, Paul Millsap (23 points) et l’autre homme fort de l’équipe Nikola Jokic (18 points, 8 rebonds, 7 passes) sont venus s’ajouter à cette recette fatale au dixième du classement. En recevant une équipe de San Antonio que plus rien n’arrête, Dallas ne se faisait pas beaucoup plus d’illusions que les Wolves. Les Mavericks ont pourtant bien résisté grâce un Jalen Brunson en feu au meilleur moment (34 points) pour faire oublier le passage à vide de Luka Doncic (12 points seulement et 9 ballons perdus). Mais il en fallait davantage pour briser l’élan de ces Spurs venus aligner chez leurs voisins dans le derby du Texas une sixième victoire consécutive (112-105).Leurs deux leaders DeMar DeRozan (33 points) et LaMarcus Aldridge (28) en ont encore été les grands artisans. Si la lutte fait rage à l’Ouest, à l’Est, Milwaukee continue de damer le pion à tous ses concurrents. Les Bucks ont encore affiché leur supériorité mardi en passant 130 points dans la Nouvelle-Orléans aux Pelicans (130-113), dont 45 dans le seul troisième quart-temps, explosif (45-41). Giannis Antetokounmpo (24 points) et son fidèle compère Khris Middleton (23) n’y ont évidemment pas été étrangers.

Juventus – Chiellini : « Nous voulons nous qualifier et aller au bout »

Le défenseur italien de la Juventus s’est exprimé sur le match de ce mardi soir contre l’Atlético Madrid et espère inverser la tendance.

La Juventus s’est inclinée il y a trois semaines sur la pelouse de l’Atlético Madrid (0-2) sur des buts de Diego Godin et José Maria Gimenez. Les hommes de Massimiliano Allegri vont donc devoir remonter ces deux buts de retard ce mardi soir (21h) s’ils veulent se qualifier pour les quarts de finale de Ligue des champions, une compétition qu’ils ambitionnent de remporter.

A l’approche de ce match décisif, Giorgio Chiellini s’est voulu ambitieux. « Nous sommes excités pour le match de demain [mardi] soir », a déclaré l’expérimenté défenseur en conférence de presse.« Nous voulons nous qualifier et aller au bout. Nous sommes habitués à ce genre de situation et nous espérons vivre une nuit magique de Ligue des champions. »

« Nous pensons tous à ce match, demain nous allons devoir jouer et oser, avec un total respect de notre adversaire, mais avec la volonté de continuer notre aventure. En football, un instant est suffisant pour tout changer. Le résultat dont nous partons [0-2] n’est pas désastreux mais nous allons devoir être très concentrés. »

L’international italien a également évoqué la présence de Cristiano Ronaldo, recruté à prix d’or l’été dernier pour faire passer un cap à la Vieille Dame sur la scène européenne, et très attendu ce mardi soir : « Je suis convaincu à 200% que Cristiano va jouer comme il sait le faire. »Avant de révéler quel est le match qui représente le mieux sa carrière sous le maillot bianconero, lui qui disputera son 500e match. « Je sais que demain [mardi] pourrait être mon 500e match avec la Juve et j’espère qu’on s’en souviendra. Si je devais choisir un match qui représentait les 499 autres, je dirais le 0-0 que nous avons obtenu au Camp Nou »en quarts de finale retour de Ligue des champions en 2017 – la Juve s’était imposée 3-0 à l’aller sur sa pelouse.

Enfin, il s’est projeté sur son duel avec l’attaque madrilène, et en particulier son ancien coéquipier à Turin, Alvaro Morata.« Morata est un super mec et un super joueur, nous espérions tous qu’il resterait ici. Demain [mardi] nous devrons faire attention à lui mais aussi à Griezmann. Nous devrons être concentrés et en vouloir plus qu’eux. Nous devons entrer sur le terrain sans stress. »

« L’Atlético est l’équipe européenne la plus similaire à la notre. Ils sont solides et ont toujours obtenu des résultats en équipe. Pour autant, cela ne veut pas dire qu’ils n’auront pas des faiblesses et que nous ne pourrons pas leur marquer des buts », a-t-il conclu.

LE PSG C’est Puni par Manchester United 3 but à 1, le PSG C’est fait éliminer de la Ligue des Champions par la Petite porte

LIGUE DES CHAMPIONS – Énorme désillusion pour le PSG, battu par Manchester United (1-3) mercredi soir au Parc des Princes. Pour la troisième saison d’affilée, les Parisiens sortent au stade des huitièmes de finale.

Cette saison, les huitièmes de finale retour de C1 nous offrent leur lot de surprises. Après le Real Madrid giflé par l’Ajax mardi, le PSG, pourtant vainqueur 2-0 à Old Trafford au match aller, s’est sabordé dans toutes les largeurs ce mercredi au Parc des Princes. Battus par une équipe B voire C de Manchester United fortement amoindrie avec dix absents, les Parisiens ne seront pas au rendez-vous des quarts de finale. Comme en 2017 et 2018.

Deux ans après la désormais célèbre remontada, le Paris Saint-Germain a vécu un énième scénario cauchemar en Ligue des Champions. Et pourtant, Manchester United n’a rien montré dans cette rencontre. Lukaku a profité de deux cadeaux de Kehrer (2e) et Buffon (30e)pour inscrire son troisième doublé en trois matchs. Sonné, le Paris Saint-Germain avait trouvé les ressources pour égaliser (12e) par Bernat, de loin le meilleur Parisien du match.

Face à une équipe de Manchester United incapable d’aligner cinq passes, le PSG a globalement maîtrisé le match sans arriver à le tuer. Di Maria a cru délivrer les siens après une talonnade astucieuse de Mbappé (56e). Puis, Mbappé, encre lui, aurait pu clore tout suspense en remportant son duel face à De Gea avant un tir de Bernat sur le poteau (84e). Inoffensifs, les Red Devils ont profité d’une main de Kimpembe dans la surface pour obtenir un penalty, transformé par Rashford dans le temps additionnel (94e) pour couler les hommes de Thomas Tuchel.

Kehrer et Buffon, des erreurs qui coûtent cher

Supérieur à son adversaire à l’aller, le PSG a très mal démarré le match. Kehrer, auteur d’une passe en retrait pour personne, a permis à Lukaku d’aller tromper Buffon (2e). Sur une glissade, le jeune défenseur allemand n’a pas été loin de donner un deuxième but à Rashford (29e). C’est finalement Buffon, une minute plus tard, qui s’est troué pour permettre à Lukaku d’inscrire son doublé, son troisième en trois matchs.

Le PSG entre dans l’histoire de la C1, encore !

Jamais dans l’histoire de la Ligue des Champions, une équipe n’avait été éliminée en gagnant 2-0 à l’extérieur lors du match aller. Le PSG entre encore dans l’histoire de la C1, deux ans après avoir gâché une avance de quatre buts au Camp Nou. Décidément, le Paris Saint-Germain se plaît à rentrer dans les livres d’histoire de la C1. Mais pas de la manière dont il aimerait.

Basket – NBA : Kevin Durant affiche sa confiance pour les Celtics !

Les Boston Celtics sont actuellement dans une passe difficile. Malgré ces résultats très décevants, Kevin Durant reste confiant pour la suite de la saison de la franchise du Massachusetts.

Les Boston Celtics vivent une période très compliquée actuellement, notamment depuis le All-Star Break avec des défaites face aux Chicago Bullset Portland. Avec 5 défaites en 6 matchs, les coéquipiers de Kyrie Irvingenchaînent leur pire série depuis le début de la saison régulière. Une mauvaise passe due aussi à la mauvaise ambiance qui régnerait au sein de la franchise du Massachusetts. Malgré cela, Kevin Durant, l’ailier des Golden State Warriors, reste confiance pour lesBoston Celtics qu’ils voient revenir en force pour les playoffs.

« Tout ira bien une fois que les playoffs commenceront »

« Ils sont toujours parmi les meilleures équipes de la ligue. Ils ont perdu quelques matches, mais ils ont du talent. Tout ira bien une fois que les playoffs commenceront. Tout le monde pensait qu’ils allaient gagner 65 matches parce qu’ils sont talentueux et qu’ils sont allés en finales de Conférence, jusqu’au Game 7, l’an dernier. Mais c’est une nouvelle saison. Il y a plein d’équipes qui se sont armées à l’Est. Ils apprennent encore à intégrer Gordon Hayward et puis il y a aussi eu le retour de Kyrie [Irving, forfait lors des derniers playoffs] », a expliquéKevin Durant, dans propos rapportés parBasketsession.com.

Basket – NBA : LeBron James mis au repos pour la fin de saison ? La réponse !

Défaits une nouvelle fois par les Clippers (113-105), les Los Angeles s’éloignent de plus en plus d’une qualification en playoffs. À tel point que LeBron James pourrait être mis au repos. Le King a d’ailleurs évoqué cette possibilité.

Les Los Angeles Lakers ont une nouvelle fois perdu, cette fois contre les Clippers(113-105). Une défaite de plus qui les éloigne presque définitivement de la course aux playoffs. En effet, avec 5,5 matchs de retard sur les Spurs, 8e de conférence Ouest, les Lakers voient s’envoler leur objectif de la saison. Une situation qui pourrait pousser la direction de la franchise de Californie à mettre LeBron James au repos forcé. Interrogé à ce sujet, le King a expliqué que c’était hors de question.

« À moins que je ne sois blessé, je ne compte pas rester sur le banc »

« Cela nécessiterait beaucoup de conviction de la part de Luke [Walton]. À moins que je ne sois blessé, je compte jouer ». Jusqu’à présent, personne parmi les Lakers n’a contacté James au sujet de rester sur le banc pour préserver son corps ou pour espérer un meilleur tirage lors de la loterie de la Draft.Avant d’ajouter : « Cette conversation n’a pas eu lieu, mais je suis sûr que cela peut arriver bientôt », a déclaré LeBron James àESPN.